«La SLA (également appelée maladie de Lou Gehrig) est une maladie neuromusculaire évolutive dans laquelle les cellules nerveuses meurent et laissent les muscles volontaires paralysés.

En savoir plus sur la SLA

Help end ALS

 

    

       
 

 

Nouvelles sur la SLA

Nouveaux résultats encourageants pour les recherches financées par la Société canadienne de la SLA

MARKHAM, ON, le 4 juin 2013 /CNW/ - Le Canadien Edor Kabashi, Ph. D., chercheur à l'Université de Montréal, a créé le premier modèle animal permettant d'étudier le rôle du gène à l'origine du plus fort pourcentage de cas de sclérose latérale amyotrophique (SLA), plus couramment connue sous l'appellation de « maladie de Lou Gehrig ». Les résultats obtenus jusqu'à présent jettent un éclairage neuf sur les causes de cette maladie dévastatrice.

La Société canadienne de la SLA met en avant le travail de certaines personnes durant le Mois de sensibilisation à la SLA

MARKHAM, ON, le 3 juin 2013 /CNW/ - La Société canadienne de la SLA a réalisé des progrès considérables dans la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Au cours du Mois de sensibilisation à la SLA, les personnes soutenant les victimes de cette maladie dévastatrice seront mises en avant.

MARKHAM, ON, le 9 mai 2013 /CNW/ - La Société canadienne de la SLA amplifie ses efforts en vue de trouver un remède et d'offrir le meilleur soutien possible aux Canadiens atteints de la sclérose latérale amyotrophique (SLA). Six nouveaux membres du conseil d'administration possédant une vaste expérience dans les finances, l'éducation et la recherche aideront l'organisation à atténuer les difficultés causées par la SLA.

TORONTO, le 2 mai 2013 /CNW/ - Des années d'engagement indéfectible du Canada visant à faire progresser la recherche à risque et à potentiel élevés portent leurs fruits dans la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique (SLA), couramment appelée maladie de Lou Gehrig. Les scientifiques canadiens sont des acteurs majeurs sur la scène internationale en termes de découvertes, de productivité, de collaboration dans le cadre d'essais cliniques et de contribution à la science.

Aujourd’hui, Biogen Idec a rapporté les résultats d’un essai de phase 3 étudiant l’effet du dexpramipexole (dex) chez les personnes atteintes de sclérose latérale amyotrophique (SLA). La société a révélé que l’essai n’a pas réussi à démontrer un ralentissement du déclin fonctionnel, ni une amélioration de la survie des patients, ni l’efficacité du médicament. Sur le fondement de ces résultats, la société a choisi de ne plus exploiter le dexpramipexole pour le traitement de la SLA.

Il est connu que les mutations génétiques relativement à une enzyme nommée « protéine contenant de la valosine » (VCP) sont une cause directe de la myopathie à corps d’inclusion associée à la maladie osseuse de Paget et à la démence frontotemporale.