Le programme de recherche de la Société canadienne de la SLA accorde 650 000 $ à trois nouvelles initiatives de recherche novatrices, et annoncera l’attribution d’un million de dollars supplémentaires en 2021.

TORONTO – La Société canadienne de la SLA a annoncé aujourd’hui que dans le cadre de son engagement envers la recherche en 2020, le programme de recherche de la Société canadienne de la SLA investira 650 000 $ dans trois nouvelles initiatives visant à contribuer au développement de traitements potentiels pour la SLA et à améliorer les soins cliniques contre la SLA au Canada. Le montant investi contribuera à répondre à un besoin criant pour les Canadiens vivant avec la SLA, soit leur permettre d’avoir accès à des soins de qualité et à de nouveaux traitements novateurs qui changent la réalité de la maladie et de ses effets dévastateurs.

En tant que seule source de financement dédiée de la recherche canadienne sur la SLA, le programme de recherche de la Société canadienne de la SLA joue un rôle essentiel dans l’investissement soutenu dans la recherche, qui est nécessaire pour répondre aux questions sans réponse sur les causes et sur la progression de la SLA dans le but de développer des traitements ciblés. Les trois initiatives sont financées à la suite d’un concours de subventions évalué par des pairs, qui a fait participer un groupe d’experts scientifiques à la hiérarchisation des projets fondés sur l’excellence scientifique ayant le potentiel de faire progresser le plus rapidement possible le domaine de la recherche sur la SLA, contribuant ainsi à la base de connaissances nécessaire au développement de traitements.

La recherche financée cherche à répondre aux questions suivantes :

  • L’imagerie cérébrale avancée pourra-t-elle aider à soutenir l’inscription et l’évaluation des essais cliniques sur la SLA? Il est essentiel de pouvoir mesurer objectivement la progression de la SLA, à la fois pour établir le pronostic d’une personne et pour évaluer l’efficacité des essais cliniques. Grâce à cette bourse de 200 000 $, le Dr Collin Luk, clinicien-chercheur à l’Université de l’Alberta, étudiera une technique avancée d’IRM appelée analyse de texture pour savoir si elle pourrait être un biomarqueur de l’apparition et de la progression de la SLA. Le DLuk collaborera avec le Consortium canadien de neuroimagerie de la SLA (CALSNIC) pour valider ses découvertes. Si sa recherche s’avère fructueuse, elle pourrait aider à prédire la progression de la maladie, faciliter le recrutement des essais cliniques et offrir aux chercheurs un outil objectif pour mieux évaluer l’efficacité de nouveaux traitements prometteurs. Le Dr Luk étudiera également la manière dont cette technique peut être développée pour accélérer le diagnostic de la SLA, qui est actuellement un long processus stressant.
  • Des capteurs portables peuvent-ils améliorer la commodité et la qualité des essais cliniques? En règle générale, les personnes atteintes de SLA fournissent à leur équipe de soins des mises à jour sur la fonction de leurs membres uniquement lors des rendez-vous à la clinique, qui peuvent avoir lieu à des mois d’intervalle. Le DrGordon Jewett de l’Université de Calgary étudiera si le port de capteurs sur les bras et sur les jambes pourrait aider à suivre les changements dans les mouvements des membres à mesure que les symptômes de la SLA progressent, permettant ainsi de recueillir des données sur les mouvements entre les rendez-vous à la clinique et d’améliorer la qualité des rapports sur les mouvements pendant les essais cliniques. Cette subvention de 200 000 $ est financée en partenariat avec le programme de bourses de recherche postdoctorale de Mitsubishi Tanabe Pharma Canada, Inc. (MTP-CA), qui lui a permis de suivre sa formation postdoctorale. Cela pourrait également rendre la participation aux essais cliniques plus commode, en réduisant le nombre nécessaire de rendez-vous à la clinique à un moment où les nouvelles avancées en matière d’évaluation à distance sont plus importantes que jamais.
  • L’identification de nouvelles cibles biologiques peut-elle représenter de nouvelles stratégies prometteuses de traitement par anticorps pour la SLA? La DreSilvia Pozzi, actuellement boursière postdoctorale au laboratoire du Dr Jean-Pierre Julien au Centre de recherche CERVO de l’Université Laval, vise à développer des anticorps qui peuvent retarder ou arrêter la progression de la SLA. Ses travaux valideront la façon dont l’interaction de deux protéines en particulier peut activer une voie biologique qui conduit éventuellement à la mort des motoneurones. Elle tentera dans un premier temps d’empêcher cette interaction protéique dans des modèles murins, puis en cas de succès, elle espère trouver si des effets similaires peuvent être observés chez les humains, ce qui aboutirait à la découverte d’une nouvelle cible pour le développement de traitements de la SLA servant à mener des essais cliniques. Cette subvention de 250 000 $ est soutenue en partenariat avec La Fondation Vincent Bourque.

« La Société canadienne de la SLA est extrêmement fière de soutenir ces jeunes chercheurs prometteurs. Nous espérons que chacun d’entre eux deviendra le leader de demain et le contributeur permanent au paysage canadien de la recherche et des soins sur la SLA », a déclaré le Dr David Taylor, vice-président de la recherche à la Société canadienne de la SLA. « Les domaines essentiels des soins cliniques, de l’identification et du développement de biomarqueurs, des mesures de résultats des essais cliniques et de l’identification de nouvelles cibles de traitement contribuent tous à l’amélioration des soins, des traitements et de la qualité de vie des personnes atteintes de SLA. »

Le généreux soutien des donateurs et des partenaires a rendu ce concours possible pendant la pandémie de COVID-19, lorsque le financement de la recherche en santé est si difficile à obtenir. En plus des bourses accordées en partenariat avec La Fondation Vincent Bourque et MTP-CA, les trois initiatives ont reçu le soutien financier des Sociétés canadiennes de la SLA qui contribuent 40 % des produits nets de leurs événements de financement locaux Marche pour vaincre la SLA.

En fonction d’un concours additionnel pour l’octroi de subventions qui aura lieu cet automne, d’autres projets bénéficiaires d’une subvention seront annoncés au début de 2021.

À propos du programme de recherche de la Société canadienne de la SLA et les Sociétés canadiennes de la SLA
Le programme de recherche de la Société canadienne de la SLA finance des bourses de recherche examinées par les pairs et favorise la collaboration entre les chercheurs canadiens afin de développer de nouvelles idées et de nouveaux moyens. En tant que seule source de financement dédiée à la recherche sur la SLA au Canada, le programme de recherche de la Société canadienne de la SLA vise à accélérer l’impact de la recherche en fournissant un financement aux meilleurs projets de lutte contre la SLA qui se concentrent à traduire les découvertes scientifiques en traitements contre la SLA.

Collectivement, par l’intermédiaire d’initiatives comme la Marche pour vaincre la SLA, les Sociétés canadiennes de la SLA soutiennent le programme de recherche de la Société canadienne de la SLA. Les Sociétés canadiennes de la SLA concertent leurs efforts pour maximiser leur impact collectif et faire une différence énorme pour les personnes touchées par la SLA. Notre structure consiste en huit organisations indépendantes qui font équipe pour remédier aux variations entre les systèmes de soins de santé provinciaux et qui jouent chacune un rôle pour combler ces lacunes en fournissant des services de soutien communautaires. Les sociétés de la SLA défendent les intérêts des personnes et des familles vivant avec la SLA au niveau fédéral, provincial et local en faveur de l’apport de changements aux politiques qui auront d’importantes répercussions aujourd’hui et à l’avenir.

Posted in: recherche, Research